Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document

Harsin

Village où habite l’explorateur Alain Hubert (traversée du pôle Nord et pôle Sud, Everest, station "Princess Elisabeth"...)

 

Un peu d'histoire...

Harsin était une seigneurie enclavée dans la prévôté de Marche.
En 1302, elle fut relevée de l’Etat par Louis de Clermont, descendant de saint Louis, roi de France, et de la Maison de Bourbon.
En 1672, le 15 mars, des lettres patentes concèdent à Monsieur de Grüne à titre de rente la pleine juridiction, haute, moyenne et basse sur la seigneurie de Harsin. Harsin et le Thier Renard étaient des fiefs relevant de la Cour féodale de Marche.
En 1565, le 8 mai, Servais, seigneur d’Ottrey, après avoir relevé la 4e part de la seigneurie, la transporte à Monsieur Antoine de la Neuforge qui la relève.
En 1571, le 31 décembre, Jehan de Chastroven, fils de feu Thomas de Jemeppe, relève les trois quarts. Le même et Louis de Biron relèvent les deux tiers de huit sachées d’avoine de rentes à Harsin. Jehan, le maître, relève l’autre tiers.
A cette époque déjà lointaine, il n’y avait pas, pour ainsi dire, de voies de communication. Entre ces petites localités et les villes de Marche et de Saint-Hubert, il n’y avait que des sentiers. Cela dura jusqu’en 1810. La malle-poste allant de Marche à Saint-Hubert passait par Hedrée, Harsin, Nassogne. D’où  la nécessité d’améliorer les chemins. On peut dire que ce ne fut qu’à partir de 1821 que ces villages furent rendus habitables et praticables.
En effet, cette même année, M. Geoffroy, maître de forge à Saint-Hubert, par suite d’une exploitation de minerai et du commerce intense qui se pratiquait, dut améliorer ces sentiers et fit construire, à ses frais, un pont sur la Wamme à Harsin, afin de permettre à ses chariots d’amener aux hauts-fourneaux le minerai qu’il avait en dépôt à La Rochette. Ce pont a été démoli et, à l’endroit où il se trouvait, on a découvert les fondations d’une église dédiée à saint Antoine et les restes d’un ancien cimetière.
En 1823, il restait encore quelques terrains incultes et ceux qui consentirent à en payer les contributions en devinrent possesseurs. Harsin, disent les chroniqueurs, est riche en antiquités. On y a trouvé des monnaies et un temple romain, des objets divers de l’Age du Bronze et de Fer, des sépultures et des armes franques. La route romaine se rendant à Nassogne passait non loin de Harsin.