Attention

En raison de l'expansion fulgurante du Covid, à partir du 21 octobre et jusqu'à nouvel ordre, l'accès aux services de l'administration communale et du CPAS sera uniquement possible sur rendez-vous. Nous vous invitons à prendre contact, par téléphone ou par mail, avant tout déplacement:
- Administration communale: 084/22 07 50 - lignes directes et adresses mail
- CPAS: 084/37 03 90 - lignes directes et adesses mail
Pour rappel, le port du masque est obligatoire et les consignes d'hygiène et de distanciation sociale devront également être respectées lors de votre visite.

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Environnement / Energie / Déchets / Objectif Zéro déchets / Les bons plans / Compostons nos trognons !
Actions sur le document
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Compostons nos trognons !

Composter à domicile, pourquoi faire ?

Dans notre commune, les déchets verts déposés au recyparc et les déchets organiques collectés en porte-à-porte représentent 19 % des déchets collectés, soit 107 kg par habitant pour l'année 2018 ! Alors oui, ces déchets sont collectés et compostés par l’intercommunale Idelux Environnement, donc pourquoi le faire à la maison ?

Les avantages sont nombreux et divers :

  • D’un point de vue environnemental

Il faut savoir que la collecte (sacs-poubelle, ramassage, transport et mise en décharge) engendre des coûts financiers et environnementaux qui peuvent être importants. Le développement du compostage à domicile permet donc une réduction de la quantité de déchets mais également des émissions de gaz à effet de serre liées à leur collecte. Les actions de compostage (menées dans les règles de l’art) ont aussi une influence extrêmement positive sur la qualité des sols et leur rétention en eau, ainsi que sur la diversité biologique !

  • D’un point de vue économique

Ce sont des coûts de collecte épargnés pour la collectivité mais surtout, faire un compost, ça ne coûte rien et ça vous fait du bon terreau gratuit ! Vous disposez donc d’un amendement de qualité pour votre potager, votre jardin ou vos plantes.

Composter : oui ! Mais pas n’importe comment !

Démarrer un compost nécessite un peu d’investissement au début, pour sa mise en place, et quelques connaissances élémentaires pour éviter les nuisances (odeurs, vers, mouchettes, …). Ce n’est pas un simple tas de déchets oublié au fond du jardin !

Le principe du compost repose sur la décomposition aérobie par des micro-organismes (bactéries, champignons, insectes, vers de terre, …) des matières organiques qui y sont déposées.

Compostage à domicile (site www.idelux.be)

Il faut apporter trois éléments de base à votre compost afin que cette décomposition fonctionne bien :

  • De l’air

Une décomposition « aérobie » signifie que le processus a besoin d’oxygène pour fonctionner : il faut que votre compost respire ! Sinon c’est un processus de fermentation qui se mettra en place et bonjour les mauvaises odeurs ! Pour assurer une bonne aération dans votre compost, pensez à le mélanger et le retourner de temps en temps et à y insérer des déchets « bruns » structurants (voir plus bas).

  • De l’eau

Un peu mais pas trop, votre compost doit être humide mais pas trempé. Mélangez bien les déchets secs et humides et placez un couvercle sur votre compost, cela lui évitera de se dessécher en saison sèche ou d’être trop mouillé en saison humide.

  • Des nutriments

Ce sont les déchets que vous allez déposer sur votre compost, mais attention à respecter le bon équilibre :

  • 1/3 de déchets carbonés : ce sont les déchets « bruns » du jardin. Ils sont secs et rigides (branchages, copeaux de bois, feuilles mortes, …) et ont un rôle structurant dans votre compost : c’est eux qui assureront sa bonne aération.
  • 2/3 de déchets azotés : ce sont les déchets de cuisine ou les déchets « verts » du jardin (tontes de pelouse, etc.). Ils sont mous et humides.

Puis-je mettre tous mes déchets organiques dans mon compost ?

Presque ! Quasiment toutes les matières organiques peuvent être compostées. Toutefois, certaines choses se décomposent plus difficilement ou demandent quelques précautions.

Pommes

Je peux mettre dans mon compost
  • Les épluchures et déchets de fruits et légumes ou fruits et légumes pourris. Les épluchures de bananes et les agrumes peuvent également aller au compost. Contrairement à ce qui se dit régulièrement, ces dernières n'acidifient pas le compost.
  • Le marc de café et les sachets de thé, sauf les sachets en matière synthétique. Les pads et filtres à café en papier peuvent également être mis au compost.
  • Les papiers, cartons, journaux, mouchoirs et essuie-tout si on évite toutes les parties colorées qui peuvent contenir des métaux lourds.
  • Les déchets de jardins « mous » : les fleurs fanées, mauvaises herbes, mousses, feuilles, résidus du potagers,...
  • Les déchets de jardins « durs » : les tailles de haies, broussailles, tiges, écorces, copeaux et sciures de bois, … Ils ne se décomposent bien qu'après broyage ou s'ils sont coupés finement. Ils constitueront la partie de déchets carbonés « bruns » de votre compost.
  • Les fientes de volailles et litières de petits animaux herbivores : lapin, cobaye, etc. Les fumiers de cheval, lapin, chèvre, ... sont déjà équilibrés (carbone/azote) et se compostent donc aussi très bien !

Je peux, mais avec modération
  • Les coquilles d'œufs et de crustacés et les os. Ils peuvent être mis au compost mais ils se décomposent lentement. On évite donc d’en mettre en trop grosse quantité et, si possible, on les écrase au préalable.
  • Les restes de repas, viande, poissons et produits laitiers. Ces déchets sont riches en protéines et se compostent plus lentement, ils peuvent apporter de mauvaises odeurs et attirer des nuisibles (rats, mouches, asticots). Les éviter ou les incorporer seulement en petite quantité et bien enfouis au centre du compost, là où ça chauffe le plus, pas en surface !
  • Le pain. On l'humidifie bien avant de le mettre au compost et on évite d’en mettre en trop grande quantité. Plutôt que de mettre son pain rassis au compost, on peut en faire de la chapelure, du pain perdu…
  • Les tontes de gazon. Riches en eau et en azote, elles se tassent facilement ce qui empêche une bonne circulation de l'air et provoque de mauvaises odeurs. Pour éviter cela, mieux vaut d’abord laisser sécher l'herbe sur place avant de l'incorporer au compost. Cela permet à l'humidité de s'évaporer et de composter un matériau plus sec.
  • Les plantes malades. On les incorpore uniquement au centre du compost, là ça chauffe le plus, afin de détruire les pathogènes.
  • Les cendres de feu de bois. C'est un engrais minéral riche en potasse, phosphore, chaux et oligo-éléments. Il faut toutefois l'incorporer en petite quantité
Je ne peux pas mettre dans mon compost
  • Les huiles et graisses alimentaires.
  • Les journaux avec couleurs, périodiques illustrés en papier glacé.
  • Les matières synthétiques, les chiffons et textiles et les poussières d'aspirateur.
  • La terre, le sable, les bois de menuiseries et bois traités.
  • Litières et excréments de chats et chiens. Vu la présence possible de parasites et de germes pathogènes transmissibles, on évite de les composter à domicile. La température du compost doit absolument être partout supérieure à 55°C, ce qui est rarement le cas dans un compost de jardin…
  • Les cendres de charbon de bois (après un barbecue).

Et après, qu’est-ce qu’on en fait ?

Votre compost est « mûr » lorsqu’il a une apparence de terreau, que sa structure est légère et friable, qu’il ne dégage plus de chaleur au toucher et qu’il a une bonne odeur de sous-bois.

terreau

Vous pouvez alors l’utiliser sans modération dans votre jardin car ses bienfaits sont multiples :

  • C’est un engrais organique bien équilibré qui répond à la plupart des besoins nutritifs des végétaux du jardin et du potager
  • Il améliore la structure des sols
  • Il nourrit et renforce la vie du sol
  • Il assainit la terre et améliore la santé des plantes
  • Il permet de se passer des engrais commerciaux

Quel composteur choisir ?

C’est la quantité de déchets à gérer qui détermine le système adéquat, et il y en a pour tous les goûts, même pour ceux qui ne possèdent pas de jardin !

  • Pas de jardin : le vermicompostage ou le bokashi.
  • Petits jardins < 300 m² (3 ares) : le fût.
  • Jardins moyens de 300 à 1.000 m² : le silo.
  • Grands jardins > 1.000 m² : le tas.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter ces guides très complets :

« Composter les déchets organiques » du SPW Environnement (.pdf)

« Mon pote le compost » d’Idelux environnement (.pdf)